Depuis près de 10 ans, la réorganisation des dispositifs de soins mise en œuvre au sein de l’EPSM des Flandres a privilégié à la fois la proximité des soins et la diversification des alternatives à l’hospitalisation.
Ainsi, dans un souci de qualité et de déstigmatisation du soin en psychiatrie, l’option a été prise d’engager des opérations de délocalisation des unités d’hospitalisation à proximité des populations, sur la base de petites structures de 30 lits facilement intégrables dans le réseau social de la cité.

Ces petites unités doivent permettre de rompre définitivement avec l’image de la psychiatrie asilaire et modifier les représentations de la santé mentale à la fois auprès des populations, mais aussi des professionnels de santé et partenaires.

Par ailleurs, il importe de maintenir la place centrale du CMP dans le dispositif de soins, à partir duquel sont développées les missions telles que le travail de réseau avec les professionnels de santé et sociaux du secteur, le suivi des patients au domicile ou encore la mise en œuvre d’équipes mobiles au profit de populations ciblées (personnes âgées, personnes en situation de précarité…).

Dans la perspective de compléter les missions traditionnelles de soins et de prévention,  toutes les équipes des secteurs de l’EPSM se sont fixées des objectifs communs en vue de créer le lien avec le dispositif général de soins d’un territoire :

  • La participation aux urgences des établissements de soins généraux (CH d’Armentières, de Dunkerque, d’Hazebrouck et polyclinique de Grande Synthe)
  • Le développement de la psychiatrie de liaison à la fois dans le champ sanitaire avec des interventions des équipes dans les services de pédiatrie, de maternité, d’alcoologie, les structures de soins de suite ….. et le champ médico-social avec le suivi des personnes dans les maisons de retraite, ou encore le partenariat avec le tissu associatif, les échanges et rapprochements avec la médecine de ville
aaa